The VICE Channels

      Le « Souffle du Dragon » : comment fonctionne la drogue des voleurs

      Le « Souffle du Dragon » : comment fonctionne la drogue des voleurs Le « Souffle du Dragon » : comment fonctionne la drogue des voleurs Le « Souffle du Dragon » : comment fonctionne la drogue des voleurs
      Image via Wikimedia Commons / TrinDee

      France

      Le « Souffle du Dragon » : comment fonctionne la drogue des voleurs

      Par Lucie Aubourg

      Cinq personnes de nationalité chinoise ont été interpellées ce vendredi à Paris, et sont soupçonnées d'avoir volé au moins deux victimes dans la capitale française, à l'aide d'une drogue appelée « souffle du dragon », qui prive les personnes qui la respirent de toute volonté.

      Les malfaiteurs ont été arrêtés à l'aéroport Paris-Charles-de-Gaulle (nord de Paris), alors qu'ils s'apprêtaient à rentrer en Chine. Sur eux on a retrouvé 75 000 euros en liquide, 16 500 dollars américains et des bijoux. Selon la radio française France Info, qui a révélé cette information ce mardi matin, les victimes sont des personnes âgées, qui évoquent un « état second » après avoir été approchées par des touristes chinois « demandant leur chemin ». Une information judiciaire pour « escroquerie en bande organisée » a été ouverte selon France Info. Nous avons contacté le Parquet de Paris qui n'a pas pu nous confirmer les informations de France Info dans les délais de parutions de cet article.

      Cette histoire constitue néanmoins la deuxième affaire de ce genre, en l'espace de quelques semaines. En août, trois personnes avaient été arrêtées à Paris et suspectées d'avoir soutiré des millions d'euros à des dizaines de victimes en utilisant la même technique. Dans leur chambre d'hôtel, la découverte de leurs préparations, depuis analysées, a révélé qu'il s'agissait bien de scopolamine — la fameuse « poudre du diable » parfois appelée « souffle du dragon ».

      VICE News a interviewé Jean-Pol Tassin, neurobiologiste, directeur de recherches à l'Inserm et professeur au Collège de France, afin de mieux comprendre comment fonctionne cette drogue.

      VICE News : Quels sont les effets de la scopolamine plus couramment appelée « la poudre du diable » ou le « souffle du dragon » ?

      Jean-Pol Tassin : C'est un produit sédatif très dangereux, qui peut agir à des doses très faibles. Chez les animaux, lorsque l'on administre de la scopolamine, on observe une hyper activité locomotrice. Mais chez l'homme, on a plutôt des hallucinations, des confusions et une perte de contrôle. La scopolamine peut aussi provoquer une amnésie.

      Comment agit concrètement la scopolamine sur notre corps ?

      Nous avons dans notre cerveau des neurones émetteurs et des neurones récepteurs. La communication entre ces neurones se fait par l'intermédiaire de neuromédiateurs. Il existe une centaine de neuromédiateurs, et l'un d'entre eux s'appelle l'acétylcholine. On le trouve dans le corps et le cerveau. L'acétylcholine agit sur l'une des deux grandes voies de l'organisme — le système parasympathique — en se liant à ces récepteurs, appelés récepteurs muscariniques [ndlr, ces récepteurs remplissent de multiples fonctions dans notre organisme].

      La scopolamine agit sur ces mêmes récepteurs en les bloquant. Elle empêche donc l'acétylcholine de se lier à ces récepteurs et bloque le système parasympathique. Les récepteurs muscariniques sont aussi présents dans le cerveau et la scopolamine a donc également des conséquences centrales [ndlr dans notre cerveau].

      Les analyses faites sur un échantillon recueilli cet été révèlent aussi la présence d'atropine. Qu'est-ce que l'atropine ?

      L'atropine est un produit similaire à la scopolamine. Comme la scopolamine, elle est contenue dans la Belladone [Ndlr, une plante], qui était utilisée pour se donner un regard séduisant : le blocage des récepteurs muscariniques de l'œil entraîne une dilatation de la pupille.

      Comment le simple fait de respirer de la scopolamine pendant quelques secondes peut-il suffire à produire de tels effets ?

      Ce phénomène dépend de l'affinité et des caractéristiques du récepteur. La scopolamine a une affinité forte pour le récepteur muscarinique, donc il suffit de très peu de scopolamine pour se lier au récepteur et le bloquer. Dans ce cas, il suffit alors par exemple de 0,0000001 molécule pour occuper un récepteur.

      Pour faire une comparaison, on peut utiliser l'image du ballon de basket et du filet : la scopolamine a juste la forme qu'il faut pour se lier au récepteur. Si on change un tout petit peu la scopolamine, elle n'aura plus d'effet.

      Où trouve-t-on la scopolamine ?

      Elle se trouve surtout dans des herbes - la datura dans laquelle elle est particulièrement concentrée, et aussi dans la Belladone.

      Est-ce que cela a un rapport avec le GHB, surnommé « la drogue du violeur », qui fait lui aussi perdre toute volonté ?

      Non, la scopolamine n'a aucun rapport avec cette drogue, qui agit sur un autre neuromédiateur, le GABA. Le GHB augmente l'effet du neuromédiateur GABA, qui est un inhibiteur des transmissions neurochimiques. Le fait que ces deux drogues aient des effets similaires montre bien que des sorties comportementales comparables peuvent avoir des origines complètement différentes.

      La scopolamine peut aussi être utilisée comme médicament ?

      En principe non, car cela pourrait être assez dangereux compte tenu des doses à ne pas dépasser. Mais elle a pu être utilisée dans la maladie de Parkinson.

      La scopolamine aurait été utilisée par le régime nazi durant la Seconde Guerre mondiale comme sérum de vérité, cette hypothèse est-elle crédible scientifiquement ?

      Dans la mesure où la scopolamine fait disparaître les inhibitions, il est possible qu'à des doses inférieures à celles qui entraînent de la confusion, elle peut donner l'impression de libérer la parole et permettre que des informations à ne pas dévoiler puissent être énoncées.

      Suivez Lucie Aubourg sur Twitter : @LucieAbrg

      VICE avait réalisé un reportage sur cette drogue il y a plusieurs années, il est visible ici :

      À voir : Le Souffle du Diable - Partie 1

      Image via Wikimedia Commons / TrinDee

      Thèmes: france, europe, chine, drogue, scopolamine, souffle du dragon, poudre du dragon, datura, ghb, jean-pol tassin

      Comments

      comments powered by Disqus

      Les Dernières News

      Plus De News

      À la Une