The VICE Channels

      Pourquoi se brosser les dents est mauvais pour les océans

      Pourquoi se brosser les dents est mauvais pour les océans Pourquoi se brosser les dents est mauvais pour les océans Pourquoi se brosser les dents est mauvais pour les océans
      Photo via Wikipedia Commons

      Océans

      Pourquoi se brosser les dents est mauvais pour les océans

      Par Aaron Cantú

      Les très petites « microperles » exfoliantes que des millions des gens s'étalent sur le visage chaque matin ont un effet désastreux sur les écosystèmes marins, selon une nouvelle étude scientifique publiée par l'université de Plymouth en Angleterre. Dans un texte du journal scientifique Marine Pollution Bulletin, des chercheurs ont expliqué avoir découvert que les perles trouvées dans la plupart des crèmes de visage et le dentifrice finissaient par former une part significative des microparticules de plastique contribuant à la déstabilisation de l'environnement océanique dans le monde entier.

      Environ 93 pour cent des perles présentes dans les produits hygiéniques, comme les produits de gommage du visage, sont en fait composées de plastiques qui imitent les exfoliants naturels comme la bouillie d'avoine et la pierre ponce. De telles perles sont aussi présentes dans les produits hygiéniques comme les savons, les dentifrices et les nettoyants pour les mains.

      Les chercheurs ont examiné spécifiquement six types différents de produit de gommage pour le visage de trois marques différentes, en regardant la quantité et la forme des microperles. Ils ont découvert qu'une quantité significative des très petits morceaux de plastique traverse probablement les systèmes de filtration et se retrouve dans les océans.

      Les travaux de ces chercheurs font suite à des études préliminaires conduites par des défenseurs de l'environnement. Lors de leurs observations, ils se sont aperçus que les perles dans les produits de gommage pour le visage ont des formes irrégulières — ovales, rubans et fils — qui sont difficiles à détecter lors des tests sur des échantillons d'eau. D'après ces recherches, les estimations précédentes concernant la pollution plastique dans les océans ont sous-évalué les microperles plastiques.

      La plupart des perles qu'ils ont examinées étaient bleues ou blanches, c'est-à-dire de la même couleur que les types de plancton consommés par les poissons de surface, qui sont des prédateurs visuels.

      Les biologistes marins continuent de faire des découvertes sur le véritable impact du plastique sur l'environnement océanique, mais d'après Richard Thompson — l'un des auteurs de l'étude sur les microperles — leurs conclusions sont déjà de mauvais augure pour les animaux marins, surtout parce que ces particules absorbent d'autres polluants. Les études faites par le passé et citées par Thompson et ses collègues, ont constaté qu'environ 700 organismes marins se retrouvent face à des déchets produits par l'homme dans leur environnement naturel. 90 pour cent de ces déchets étaient en plastique.

      « Les expériences en laboratoire ont montré que de petites quantités de microplastiques peuvent réduire la capacité des organismes marins à digérer la nourriture qu'ils mangent, » a indiqué Thompson à VICE News. « Cela pourrait avoir des conséquences au niveau de la croissance et de la reproduction. Nous craignons aussi que l'ingestion de plastique puisse mener au transfert de produits chimiques potentiellement malfaisants entre l'eau de mer et les organismes qui y vivent, » a-t-il déclaré.

      D'après Thompson, toute tentative de retrait manuel des microperles dans les océans est pratiquement impossible, et il n'y a aucun moyen pour les consommateurs de se débarrasser proprement de ces perles.

      « C'est un problème causé par une mauvaise conception du produit, sans aucune considération pour les conséquences au niveau de la contamination de l'environnement, » a-t-il dit à VICE News. « La solution est d'arrêter d'utiliser des particules de plastique dans ces produits. De mon point de vue, cela ne peut être accompli que par une action volontaire et efficace des producteurs ou via la législation. »

      Au cours de l'année dernière, plusieurs États américains — comme la Californie, l'Illinois, le Maine, le New Jersey, le Colorado, l'Indiana et le Maryland — ont adopté des lois régulant les microperles. Le Congrès américain est également en train de plancher sur une législation de ce type.

      Suivez Aaron Cantu sur Twitter : @aaronmiguel_

      Image via Wikipedia Commons

      Regardez notre documentaire : Expérimentation animale : Les singes de laboratoire 

      Thèmes: plastiques, micro-perle, produits, exfoliants, gommage, pollution, cosmétique, dentifrice, environnement, océans

      Comments

      comments powered by Disqus

      Les Dernières News

      Plus De News

      À la Une